My Photo
Name:
Location: Vevey, Vaud, Switzerland

Un épicurien qui mord à pleines dents dans la vie

Wednesday, June 07, 2017

In to the wild - Alaska 2 (Kodiak Island - Talkeetna)

Un peu plus d'une heure de vol via Anchorage, et l'avion amorce sa descente sur Kodiak, une île au large de la pointe de Seward et Homer, connue pour sa faune sauvage et son plus fameux animal d'entre tous: l'ours brun de Kodiak, de la famille des grizzlis dont certains peuvent faire, paraît-il, 3 mètres de haut quand ils se mettent debout ! On les voit nombreux surtout en juillet, août et en septembre lors de la migration des saumons qui sont aussi fort nombreux dans cette contrée. Bon, un(e) certain(e) Chris devrait normalement être là avec le shuttle de l'hôtel pour m'y emmener comme c'était prévu lors de nos échanges de courriel. Mais voilà, une cigarette, deux cigaretes, et puis trois, toujours pas de Chris, il ne restait plus que moi devant l'aéroport. Il a fallu appeler l'hôtel car apparemment, ils ont oublié ! Cela me coûte un roaming pour tomber sur une américaine qui avait l'air de prendre cela par dessus la jambe. Oh, sorry, on va vous envoyer quelqu'un et encore 20 minutes d'attente avant que John, et pas Chris, n'arrive. Rachitique, et une trogne de poivrot mais débordant de gentillesse, l'ami John me souhaite la bienvenue à Kodiak et entreprend de me donner quelques tuyaux pour explorer le coin. Le long de la route qui mène à l'hôtel, on voit plein de noms à consonance russe, c'est que l'Alaska était d'abord russe jusqu'au milieu de 19e et cela se ressent fortement ici à Kodiak. D'ailleurs mon hôtel se nomme Shelikof, et un nombre de rues et de bâtiments porte des noms comme Rezanof, Kashevaroff etc ... Kodak, c'est d'abord le port que l'on voit en entrant dans le village. L'île vit de la pêche principalement et aussi beaucoup grâce au tourisme durant les mois d'été. Disons de mi Mai jusqu'en Septembre environs, et cette période voit le nombre de personnes à Kodiak augmenter considérablement. Les hôtels s'affichent quasiment complets en Juillet et Août. Du coup, juin est un bon mois pour la visiter, il y a du monde mais encore supportable, et on peut encore trouver pas trop difficile une chambre ou pour louer une voiture. Une fois les sacs posés et la douche faite, débute la visite des lieus. Encore une fois, ici comme ailleurs en Alaska, les choses à voir sont autour des villes et assez loin pour pouvoir y aller à pied ou en vélo ! Et ils ne louent pas de petites motos non plus hélas. Sans voiture on est cuit, à moins de tomber sur quelqu'un qui vous prend un peu sous son aile pour vous montrer les endroits par gentillesse comme j'ai eu la chance avec Maria à Kenai. Et comme vous verrez plus tard avec Scott, un personnage extraordinaire rencontré ici à Kodiak. C'est décidé, je prendrai mon permis de conduire avec moi pour les prochains voyages, on ne sait jamais ! Arrivant en début d'après-midi, j'ai fait un grand tour en allant jusqu'à Millwall, un jolie petit village qui jouxte Kodiak et se trouvant au bord d'un charmant grand lac. Des jolies maisons le long du bord parsemé de petits bois et le tout donne un cadre assez enchanteur, mais hélas, mille fois hélas, à part une minuscule plage ouvert au public, tout le bord du lac est privé et on peut pas y accéder. Impensable en Suisse ! Et pour éviter les désagréments du temps comme à Valdez, avant de venir ici, j'ai vérifié le temps qu'il ferait pour mes trois jours sur l'île, avec le site d'Alaska Meteo. Et les prévisions étaient exactes, le temps est beau sur Kodiak pendant ces trois jours ! Quel bol, car il pleut 25 jours par mois ici en général. D'ailleurs le lendemain de mon départ, il pleuvait comme disait Scott dans son message. Et Scott justement, comment je l'ai connu ? Et bien, le second jour de mon arrivée sur l'île, comme j'ai réservé mon "bear viewing tour" pour le troisième jour, un samedi où la météo annonce comme le plus beau jour de sûr sur l'île, j'ai un peu procrastiné comme on dit. Un peu de grasse matinée qui fait du bien et flâner un peu au hasard dans le village. En passant devant une grande boutique de vêtements, chaussures, sacs divers etc ... pour homme , j'ai poussé la porte d'entrée dans le but de jeter un coup et éventuellement acheter une paire de jeans dont le prix affiché est très intéressant. Et c'est le patron, Scot, qui m'accueille et on a commencé à parler un peu. Vu mon accent , il m'a demandé d'où je viens et quand je le dis, c'était parti ! Il se trouve que Scott et sa femme ont fait un long trip en Europe il y a peu et ils ont fait un séjour à Montreux, que Scott connaît déjà de réputation à cause de son festival. Lorsqu'il m'a demandé ce que j'ai vu de bien dans le coin, je lui ai dit pas grande chose et que j'attend le lendemain pour ce fameux tour en "bush plane" pour aller voir les ours. Et je lui ai aussi fait part des difficultés que l'on peut avoir ici si on ne peut pas louer une voiture, il m'a tout de suite propose de revenir le trouver à la fermeture de sa boutique vers 18h et on ira fait un tour à deux, trois beaux endroits à visiter de l'île. Voilà, je suis ressorti de sa boutique avec deux jeans et en ayant gagné un ami. Avant de partir, nous sommes allés d'abord chez lui pour changer de voiture car suivant où, il vaut mieux avoir un 4/4 ! Il m'a parlé de ses voyages en Europe et aussi en Asie où il a rencontré sa femme qui est philippine à qui j'ai été présenté et elle a aussi gentiment préparé un en cas pour nous pour manger en route. Ce sont vraiment des gens charmants et Scott est un Américain vraiment atypique. Pas de MacDo, ni sodas, ni alcool. Une personne qui s'intéresse au monde et pas seulement à l'Amerique. Épris de nature, il est venu du Maine pour s'établir définitivement sur Kodiak depuis les années 90. Il est aussi un photographe passionné et grand amoureux des animaux. Bref, quelqu'un de super intéressant. Toujours entrain de crapahuter dans la nature, à grimper les montagnes, à traquer les animaux pour les photographier dans leur habitats naturels. Il me dit que dès qu'il fait un tantinet pas trop moche, il saute dans sa Jeep et en route pour les grands espaces autour de l'île. Surtout en saison "chaude" comme maintenant. Il dit souvent à sa femme qu'il en à pour 1, 2 heures, et souvent il revient à la Maison minuit passé ! Comme d'ailleurs les deux fois que je suis venu avec lui. On part vers 18h et quand on revient il est presque 1 h du matin ! grâce à Scott, j'ai pu voir déjà ce soir là des coins magnifiquement beaux et surtout très photogéniques Bon, c'est déjà samedi et j'ai déjà prévu de consacrer ma matinée à la finale de la "Champions League) qui est retransmise en direct sur Fox TV à 10h30 du matin. Dix heures de décalage d'horaire oblige ! Entre deux je suis passé à la boutique de Scott pour lui dire au revoir car je pars le lendemain. Vu que l'après-midi vers 15h30, j'ai mon "bear viewing tour" en hydravion pour Katmai National Park qui se trouve sur une autre île à côté et séparé de Kodiak par le détroit de Shelikof. Il y en a pour environ 4 heures et Scott me dit que si je n'étais pas trop fatigue en rentrant, on pourrait de nouveau faire un tour dans un autre coin de l'île avec lui. Vo us pensez bien que je n'ai pas dit non ! Et voilà le "shuttle" de Kingfisher Aviation, pile a l'heure, et en route vers la petite base d'hydravions de Kodiak. Avec moi, il y a un autre couple d'Americains et nous sommes pris en charge par Kyle, le jeune pilote qui est déjà une figure locale ici. Et nous voilà parti pour une heure env. de vol qui passe tout près dessus ces hautes montagnes couvertes de neige éternelle, et nous survolons le détroit de Shelikofqui est sous un tapis de brouillard. Les paysages sont sublimes et le mot est faible. Enfin nous sommes arrivé sur Katmai et après une ronde, Kyle a déjà repéré un ours sur une plage. L'avion amorce un virage à gauche et commence à se poser sur l'eau en s'approchant du bord. Éteignant le moteur, Kyle descend dans l'eau (les pilotes d'hydravions ici sont vêtus comme des pêcheurs pour pouvoir se déplacer dans l'eau sans se mouiller) et le tire de façon sans faire trop de bruit pour s'approcher de la bête sans la déranger. Et nous, on s'asseye sur les marches de l'avion à environ une trentaine de mètres de l'ours pour le photographier sous tous les angles. Un formidable moment de pouvoir observer ainsi un ours en liberté dans son habitat naturel. Une demi-heure passée là , et ensuite nous redecollons pour un autre endroit de Katmai National Park. Dix min. de vol et de nouveau nous voyons sur une autre plage plus bas deux autres, une maman et son petit. La même opération décrite plus haut se répète et de nouveau pendant plus d'une demi-heure, on a pu observer et photographier ces belles bêtes a satiété ! Bon, il est temps de rentrer sur Kodiak, et Kyle nous propose une légère petite différent route pour admirer les magnifiques panoramas vus d'un petit avion qui vole juste au dessus. Fantastique spectacle mes amis ! Des souvenirs pour la vie ! en arrivant sur Kodiak, je reçois sur Messenger un message de Scott qui vient me chercher à l'hôtel vers 19h pour un grand tour vers White Sand Beach, et encore un autre endroit dont je ne me souviens pas du nom. Et c'est reparti pour un magnifique tour, des coins sublimes et une faune omniprésente. A un endroit sépare d'une rivière, nous avons pu voir un ours, mais il est trop loin pour pouvoir le photographier, mais on a pu l'observer grâce aux puissantes jumelles que Scott a toujours sur lui. On est rentré de nouveau passe minuit, avec des images pleins l'appareil et la tête ! Le soir en voulant transféré mes photos de mon appareil de photo vers la tablette, je ne sais pas ce que j'ai foutu, mais merde, elles ont été supprimées, toutes à l'exception d'une: un seul image du premier ours de Katmai sauvé, tous les autres, pf... disparus ! J'étais en colère, mais rien y fait, il fallait le faire sans précipitation, et à tête repose et non pas dans un état de fatigue compréhensif après une journée a crapahuter dans la nature. Et oui, ce sont des choses qui arrivent, il faut rester philosophe car au moins ces images, je les ai toujours dans ma tête. Cela m'attriste surtout de ne pas pouvoir partager ces moments avec vous sous forme d'images ! Le lendemain, je quittais Kodak à regret, pour Anchorage avec un vol d'Alaska Airlines tôt le matin. J'ai passé ici 3 jours formidables avec une belle rencontre en la personne de Scott, un super personnage ! Il me reste 5 jours à passer en Alaska, alors j'ai décidé de passer par Anchorage avant de descendre sur Talkeetna, un petit village sympa entre Denali Park et Anchorage. Un endroit tranquille pour faire des balades avec en toile de fond, le Mont McKinley, le plus haut sommet d'Amerique du Nord avec ses 6000 et quelques mètres. Et on voit très bien son top depuis ici à Talkeetna. Pour ces deux jours ici, j'ai réservé ce qu'ils appellent ici un lodge, c'est à dire souvent des cabanons dans la nature près des rivières et des spots touristiques. Mais j'ai un peu mal calculé mon coup ! Croyant que le Dave Fish Lodge se trouve juste à côté du village de Talkeetna, et vu le prix super sympa, je l'ai pris. En arrivant avec le shuttle au village on apprend que le lodge se trouve en dehors assez loin, quelque chose comme 5 miles et quelque poussière. Ce qui fait dans les 6 km env. Ben, que faire ? J'ai déjà payé mes deux nuits. Et surtout que personne ne s'y trouve avant 15h pour le check-in ! Le chauffeur du shuttle m'a suggéré une solution, faire un tour à Talkeetna en attendant puis louer un vélo pour y aller après. Cela peut être une solution sportive en effet. Le problème est mes deux petits sacs, pour les transporter en vélo c'est un peu compliqué 😀. Bon, ça vaut quand même la peine de tenter le coup, et si je le loue pour 2 jours, je peux aussi explorer le coin à vélo. Ce n'est pas plus mal en effet. Et je suis tombé sur une dame sympa à la boutique qui loue aussi les vélos. Elle s'est mise en quatre pour me proposer des solutions, garder mes affaires dans son boutique jusqu'à 8h du soir, heure à laquelle elle ferme, et au cas où, elle transporterait elle même mes sacs à l'hôtel avec sa voiture. Vraiment cool ! A ce sujet, comme j'ai dit lors de mon billet précédent, les Alaskans sont plutôt très hospitaliers et très ouverts avec les touristes. En voici un autre exemple ! Voilà, après un grand tour au village et autour, j'ai entamé mon périple à vélo vers le lodge qui est en plein nature à quelque 6 km de là. Cela a bien été car heureusement, à part une petite côte, le reste était plutôt plat, dont ce n'était pas trop pénible. Un autre problème est que le lodge ne propose de repas, alors pour croquer, il faut que je prenne mon vélo pour aller au village et revenir. Ça fait donc 12 km aller-retour pour manger 😉. Fallait bien, si non je reste le ventre vide. D'un côté, c'est bien, ça me fait de l'exercice au moins. Voilà, deux jours tranquilles dans un coin charmant et propice à la méditation car je suis dans une cabane au milieu d'une belle nature et les seuls bruits que l'on entend sont ceux des oiseaux et d'autres animaux. Demain, back to Anchorage et après demain, retour au bercail. C'est bien aussi de retrouver sa vrai vie et ses proches, amis ... et pour mieux repartir plus tard. Oui, je suis heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage et content de revenir chez lui. Alors à tout bientôt très chers pour d'autres voyages dans ce beau monde. D'ici là, portez vous bien et merci encore de bien vouloir suivre les aventures d'un vieux routard en goguette. Vous embrasse bien fort ! JPB

0 Comments:

Post a Comment

<< Home